Les dépêches d'AmeriQuebec

Amnistie internationale: la liberté d’expression en danger au Québec – Ajout 30 avril

Publié par Sylvain le 24 avr, 2012

Québec • Amnistie internationale s’inquiète du fait que les tactiques utilisées par les forces policières face à certains incidents violents et aux manifestations pacifiques, ainsi que les mesures de sécurité adoptées dans certaines universités, soulèvent des questions troublantes sur le respect de ces droits fondamentaux.

On a rapporté voilà un peu plus d’une semaine que la police au Québec  faisait de la provocation gratuite et utilisait une « force brutale et disproportionnée » dans le cadre de manifestations étudiantes.

Récemment Amnistie internationale Canada francophone1 est « sérieusement préoccupée par les atteintes au droit de manifester pacifiquement« .

Amnistie internationale juge que l’approche choisie pour assurer la sécurité lors des manifestations semble avoir entraîné des violations des droits fondamentaux, « notamment le droit à la liberté d’expression et le droit de réunion pacifique et d’association, ainsi que le droit d’être protégé contre les arrestations arbitraires. »

On rapporte que Paul Bélanger, professeur de l’Université du Québec à Montréal, aurait porté plainte contre le service de police de Montréal, après avoir été frappé à coup de matraque, vendredi 20 avril, alors qu’il manifestait pacifiquement aux abords du Palais des congrès de Montréal la semaine dernière.

Ce fait vient s’ajouter à d’autres, comme le témoignage de Jean Trudelle, président de la FNEEQ-CSN, qui a vu un policier « asperger un jeune avec des gaz lacrymogènes » sans aucune raison.

« Du coup, ils ont sorti l’artillerie lourde et s’en sont pris violemment aux manifestants pour les faire reculer, les tabassant à coups de matraque même s’ils reculaient sans résistance », a déclaré M. Trudelle.

Pour Amnistie internationale, la situation est très inquiétante. Les tactiques utilisées par les forces policières face à certains incidents violents et aux manifestations pacifiques soulèvent des questions troublantes sur le respect de ces droits fondamentaux quant à un usage excessif de la force par les autorités policières, aux arrestations massives et potentiellement arbitraires, à l’intimidation et au profilage par des forces de sécurité sur les lieux de l’université.

« Le gouvernement doit, par ses paroles et par ses gestes, réaffirmer son engagement à faire respecter la liberté d’association, la liberté d’expression et le droit de manifester pacifiquement » déclare Béatrice Vaugrante, directrice générale d’Amnistie internationale.

Amnistie internationale Canada francophone reconnait le droit des manifestants de vouloir protéger pacifiquement le droit à l’éducation. Finalement,  Amnistie rappelle sa préoccupation face à la hausse des frais de scolarité qui porterait atteinte à la progressivité vers une accessibilité à tous et toutes au cursus universitaire, telle que l’entendent les observations générales sur le Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels auquel le Canada est partie.

Ajout du 30 avril 2012

Voici une vidéo montrant une arrestation plus que questionnable.

  1. Amnistie internationale Canada francophone []

4 commentaires à "Amnistie internationale: la liberté d’expression en danger au Québec – Ajout 30 avril"

1 | Maxime Perez-Raymond

avril 24th, 2012 at 22h36

salut. Je voudrais savoir s’il y aura une pétition pour faire rappeler au ministre son devoir d’assurer le droit à l’expression et à la manifestation pacifique.

2 | Monique Michaud

avril 26th, 2012 at 9h40

Bonjour,
Hier soir, à Montréal, dès que les policiers ont déclaré la manifestation illégale, ils se sont mis à courir et à frapper. La population a le droit de manifester calmement. SVP voir les images de CUTVMONTREAL du 25 avril 2012. Le Québec vit des heures noires pendant que les recteurs des universités vont en réunion internationale à l’étranger. Le gouvernement québécois a perdu toute légitimité en empêchant les étudiants et les étudiantes de manifester pacifiquement avec leurs familles. Hier soir, la marche était festive, joyeuse, tremblante d’émotions mais calme.

J’ai 60 ans. Je vis à 650 km de Montréal. Je tremble depuis hier soir de ce que j’ai vu et entendu. Les coups de matraques et le poivre de cayenne, la charge policière envers la foule marchante et calme n’avait pas de raison. Une douzine de casseurs ? Que la police les arrêtent. La foule calme et marchante aurait applaudit leur arrestation.

Le Premier Mai sera une journée décisive.
Je vous le demande avec ferveur, SVP envoyez des représentants observer ce qui se passe ici pour le dénoncer haut et fort.

Je termine ma lettre dans des larmes qui goûtent la libeté.
Merci de m’avoir lue.
Nous comptons sur vous.

3 | Gehl Gérard

avril 26th, 2012 at 13h30

Comme en France,les perturbateurs sont souvent envoyé par les politiques en place,ça leur donne une raison pour matraquer les manifestants!
Un Français dont le fils habite Montréal!

4 | Manon

avril 28th, 2012 at 3h12

Je suis une travailleuse monoparentale ayant une fille de 22 ans qui fréquente l’université. Depuis le début de la grève, je constate que le gouvernement Charest n’a aucun respect pour nos enfants qui militent avec ferveur pour une cause juste et honnête. Depuis le début des manifestations, ce gouvernement démontre une fermeture tout en exprimant du mépris et de l’arrogance face à nos enfants. C’est un acte en soi de violence et un manque de respect pour tous les parents et enfants du Québec. Comment penser que ce gouvernement peut défendre nos droits et nos intérêts quand l’on constate une telle immaturité et attitude dénigrante. Depuis plusieurs semaines, je vois des policiers (et notre gouvernement implicitement) violenter, matraquer, bousculer, insulter, dénigrer nos enfants. Il est temps que cela cesse. Nous parents, levons-nous et allons manifester pacifiquement afin de dire à ce gouvernement que ces actes ne sont pas acceptables ici, au Québec. Allons défendre nos enfants de cet agresseur perfide et sans morale qui abuse de son pouvoir. Je dénonce les atrocités que j’ai vu et entendu et qui n’ont pas leur place ici.
Signée: Une mère qui aime sa fille, une mère qui aiment les enfants du Québec!

Ajoutez votre commentaire


  • aku: Je n'ai pas pu voir la vidéo, elle a été supprimé. Ceux qui l'ont vu peuvent me dire comment la scène est-elle filmé ? Y a-t-il des circonstance
  • colin: bonjour nous voudrion epaisseur du bois le chandelier a 7 branches electrique et le plans de construction S.V.P merci
  • alex: cc a tous c'est pour dire que j'aime vautre logo de noel et aussi pour souhaitè une joyeuses fetes a tous et du bonere et de la chance pour saite ann

À propos

Les dépêches d'AmériQuébec sont là pour vous informer rapidement et simplement des dernières nouvelles.