Les dépêches d'AmeriQuebec

La Commission de la construction dérangée par des manifestants

Publié par Sylvain le 11 oct, 2011

Québec • Des dizaines de syndiqués de la construction ont bloqué l'accès aux bureaux de la Commission de la construction du Québec aujourd'hui. La ministre Lise Thériaux a maintenant un deuxième garde du corps.

Même si l’action a été pacifique, les policiers ont dû intervenir. Les travailleurs, qui sont membres de la FTQ-Construction et du Conseil provincial international de la construction, ont voulu dénoncer le dépôt du projet de loi 33 de jeudi dernier. (Industrie de la construction: une loi limitative pour le placement syndical)

Les travailleurs ont donc bloqué l’accès au stationnement des bureaux de la Commission avec deux camionnettes pendant une bonne partie de la matinée. Dès que les policiers leur ont demandé de les enlever, ils ont obtempéré sans aucun problème, car au Québec, on obtempère tout le temps. Pourtant, la FTQ-construction a pour moto en ce moment « on ne se laissera pas faire! ». Il y aura donc une prochaine fois, et il faudrait que la prochaine on obtempère un peu moins.

De toute façon, s’ils n’avaient pas obtempéré, ça n’aurait pas pris de temps avant que Gesca les traite de terroristes. Il faut se mobiliser et manifester pour s’exprimer, mais intelligemment. Il faut bien doser les actions. Pourtant, même si le tout s’est déroulé de façon entièrement pacifique, la ministre du Travail, Lise Thériault, a maintenant droit à un deuxième garde du corps. Faut le faire!

Il semblerait que le placement syndical sur les chantiers représente environ 15% des heures de travail accomplies par les syndiqués, affirme la FTQ-Construction. Selon la FTQ-Construction, l’abolition de ce système de placement par le projet de loi 33 n’est qu’une « façon de détourner l’attention de la population des scandales de collusion et de corruption ».

En effet, c’est fort probable que ce soit le cas, alors que le gouvernement de Jean Charest, depuis 2003, est passé maître dans la diversion.

2 commentaires à "La Commission de la construction dérangée par des manifestants"

1 | Guillemette

octobre 11th, 2011 at 16h48

Syndicats, la population n’est pas pour vous, au contraire, elle est contre vous. C’est aussi à cause de vous que le Québec a une aussi mauvaise réputation.

Si vous prenez les gros bras pour vous imposer, vous rencontrerez un peuple qui en a marre de vous.

La syndicalisation ne devrait pas être obligatoire dans un pays supposément démocratique comme le nôtre; vous êtes de ceux qui êtes un obstacle à la démocratie.

2 | christina

octobre 26th, 2011 at 23h58

Si la centrale syndicale FTQ place eux -mêmes les travailleurs sur les chantiers de construction, pourrait -on aussi penser que moyennant une petite enveloppe brune un tel travailleur serait engagé plus vite qu’un autre ?

Pourrait -on aussi penser qu’un entrepreneur demandant des ouvriers spécialisés pourraient les obtenir plus facilement et plus vite si on glisse encore une fois une petite enveloppe brune sous la table qui irait dans les poches de je -ne sais -qui ? peut-on supposer un don aux partis politiques ? le rôle du syndicat à la base n’était -il pas de négocier des contrats de travail ? protéger les ouvriers contre les abus des patrons ? ou de recevoir des griefs ou des plaintes d’abus ou d’un manque se sécurité sur les lieux des travaux ?

Comment est-il possible que sous le seul ordre de la centrale FTQ, on vide les chantiers avec force, sans le vouloir des travailleurs et par surprise, sans même leur demander leur avis par un vote quelconque et le plus ignoble leur demander de quitter le chantier sans se pencher avec eux, en une journée d’études sur la loi 33 ses tenants et ses aboutissements ? La seule réunion d’études que j’ai vu fut celle donnée à Rio Tinto Alcan, les autres ouvriers furent inviter à rentrer dans leur foyer.

Les travailleurs de la constructions ne sont pas des bacheliers ou des universitaires à ce que je sache faut -il les garder dans l’ignorance ou dans un régime de peur en espérant qu’ils se taisent indéfiniment sans jamais rien contester ?
Si cette centrale voulait faire reculer le gouv. et sa ministre par un exercice de pouvoir arrogant, il a raté sa sortie, s’est mis à dos ses ouvriers ainsi que l’opinion publique. nous sommes tous au courant des procédures frauduleuses de la FTQ, de la surfacturation, du travail au noir, trafic d’influences etc.

Un centre de placement, un cv. bien fait montrant vos compétences, une entrevue avec l’ entreprise que faut -il de plus ? Pour défendre avec un tel acharnement le placement syndical démontre qu’il y a anguille sous roches!

Pourquoi ne pas demander l’avis de leurs ouvriers par un vote en ce qui concerne ce placement syndical, on serait surpris des résultats !! De la part des dirigeants syndicaux de la FTQ et de l’International, je nomme cette manière de faire du terrorisme et de la manipulation psychologique . Les ouvriers de la construction ont la chance de parler et de se faire entendre, ils sont des milliers contre peu ! Il est temps qu’ils se fassent entendre et qu’ils dénoncent !

Ajoutez votre commentaire


  • aku: Je n'ai pas pu voir la vidéo, elle a été supprimé. Ceux qui l'ont vu peuvent me dire comment la scène est-elle filmé ? Y a-t-il des circonstance
  • colin: bonjour nous voudrion epaisseur du bois le chandelier a 7 branches electrique et le plans de construction S.V.P merci
  • alex: cc a tous c'est pour dire que j'aime vautre logo de noel et aussi pour souhaitè une joyeuses fetes a tous et du bonere et de la chance pour saite ann

À propos

Les dépêches d'AmériQuébec sont là pour vous informer rapidement et simplement des dernières nouvelles.

4983string(0) ""